Réalité en face

Publié le 16 Mai 2016

Je préviens, le billet est a propos de moi, même si je vous parle des exploits de mon grand.

Dimanche c’était la fête des mères – je vous en reparlerai – et comme il n’y avait personne pour emmener mon grand au foot, c’est moi qui y suis allée et ai regarde. Il faut avouer que mon grand ne veut pas de moi sur le cote du terrain car je fais trop de bruit, d’accord je suis vocale… donc je n’ai pas vu un jeu depuis des lustres! Mais pour la fête des mères il a accepte que je sois sur le cote a condition que je ne dise RIEN et que je me mette derrière les autres parents – no comment!

Donc je suis arrivée à la 2eme mi-temps vu qu’un match en entier était hors d’idée.

Et la ca a été étrange, j’ai eu la réalité en face des yeux… non non pas que j’étais pénible sur un terrain de foot, ca on savait, mais que mon grand devenait … grand ! c;est le 51 au fait!

Réalité en face
Réalité en face

En arrivant j’ai été surprise de voir des jeunes hommes, plus des gamins qui couraient après un ballon.

Mon grand sur le terrain dirigeant les autres joueurs qui lui faisaient aveuglement confiance – genre il doit savoir de quoi il parle.

Mon grand sachant exactement ou se mettre pour arrêter le ballon… et pas du tout ou moi je serais allée… vous comprenez pourquoi je n’y comprends rien au foot !

Les parents félicitant chacun de ses mouvements et l’encourageant.

Et finalement le voir marquer le but de la victoire – il est milieu de terrain.

J’ai eu alors la grande claque de la realite : mon grand est devenu un jeune homme incroyable dont tout le monde me vante les exploits. Non je ne suis plus la seule qui sait, non je ne suis plus laquelle qui peut dire ce qu’il y a de mieux pour lui, je peux enfin me relaxer il sait qui il est.

On s’aperçoit qu’on n’est pas grand-chose, mais je suis si contente pour lui : devenir qui il devient.

Et pour la première fois je me suis dit que je ne devais pas être une mère aussi horrible que ca, et pour la première fois je me suis dit que si mes deux grands étaient devenus qui ils étaient c’était un peu a cause de moi et pour la 1ere fois j’étais fière de mes deux grands et qu’il y avait de l’espoir pour mes deux petits, et que c’était ma fête ce dimanche la, j’étais leur mère.

Et pour la première fois je me suis dit que je ne devais pas être une mère aussi horrible que ca, et pour la première fois je me suis dit que si mes deux grands étaient devenus qui ils étaient c’était un peu a cause de moi et pour la 1ere fois j’étais fière de mes deux grands et qu’il y avait de l’espoir pour mes deux petits, et que c’était ma fête ce dimanche la, j’étais leur mère.Et pour la première fois je me suis dit que je ne devais pas être une mère aussi horrible que ca, et pour la première fois je me suis dit que si mes deux grands étaient devenus qui ils étaient c’était un peu a cause de moi et pour la 1ere fois j’étais fière de mes deux grands et qu’il y avait de l’espoir pour mes deux petits, et que c’était ma fête ce dimanche la, j’étais leur mère.Et pour la première fois je me suis dit que je ne devais pas être une mère aussi horrible que ca, et pour la première fois je me suis dit que si mes deux grands étaient devenus qui ils étaient c’était un peu a cause de moi et pour la 1ere fois j’étais fière de mes deux grands et qu’il y avait de l’espoir pour mes deux petits, et que c’était ma fête ce dimanche la, j’étais leur mère.

Rédigé par une francaise au Nebraska

Publié dans #reflections, #grand lutin, #foot

Repost 0
Commenter cet article